C Renard

25 février 2019

Boston et le rejet des élites

De temps à autre, avec le travail, je suis amené à faire un incentive dans un endroit exotique. Cette fois, ça s'est déroulé aux USA. Si je savoure toujours les activités qui nous sont proposées, ce n'est pas ce qui me plaît le plus dans ces escapades : ce sont surtout les discussions entre collègues. Elles permettent de voir une autre facette de ses collègues. Mais cette fois, ça n'a pas été le cas. Quelqu'un a commis l'erreur de parler de politique, et en particulier des élections américaines. Les primaires américaines passionnent à ce point en Europe. Bien sûr, Donald Trump a bien sûr le point de mire. Cet ovni me fait parfois penser qu'il s'agit en fait de la réincarnation d'Andy Kaufman. Plus il va loin dans ses provocations, et plus il plaît. Et j'ai été effaré de voir que nombre de mes collègues, il y en avait qui défendaient ce fêlé du bocal ! J'ai vu un reportage sur ce candidat, et c'était particulièrement édifiant. Ce type est un vrai sociopathe, qui est capable de tout pour broyer ses adversaires. Il pense que le monde est un ring de boxe, et ne veut pas gagner : il veut étriper ses adversaires. C'est particulièrement évident dans ses discours, et c'est pour cette raison que ses adversaires ont du mal à lui faire face : c'est un renard lâché dans un poulailler. Il ne respecte rien ni personne, sauf lui-même. Selon moi, ce sont toutes ces élections qui dégagent une sale odeur. Chez les démocrates,on trouve Bernie Sanders, le premier type à oser prôner le socialisme. Son succès et celui de Trump attestent d'un problème profond. Certains électeurs qui soutiennent Sanders pourraient donner leur voix à  Trump, si leur candidat jetait l'éponge ! Ce qui se passe aux Etats-Unis est d'autant plus troublant qu'il ne se borne pas au seul territoire américain. Les Etats-Unis sont un baromètre de ce qui se passe dans le monde. Difficile de savoir où nous conduira cette tendance, mais je suis convaincu que le pire reste encore à venir ! Fort heureusement, les activités proposées dans le cadre de cet incentive nous ont permis de passer à autre chose. Car autrement, le retour au bureau aurait été orageux ! J'en profite pour vous mettre un lien vers l'agence incentive qui l'a montéJe trouve que leurs activités changent des activités habituellement proposées dans ce type d'événement. Encore plus d'information sur ce voyage entreprise à Boston en allant sur le site web de l'organisateur.


Posté par crenard à 15:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 février 2019

Le mystère Schiappa

Dans la vie il faut choisir. Actrice porno (l’oxymore par excellence), ministre, écrivain, pédéraste, imam, chômeur, dealer ou président de la raie publique. Ne pas courir deux lièvres à la fois, c’est comme servir deux maîtres, on fait rien de bon. Voilà qu’on apprend que cette madame qui a écrit des opus distingués comme : Osez les sexfriends, Osez réussir votre divorce, Osez l’amour des rondes, est aussi un auteur porno sous le pseudo de Marie Minelli. Son « chef-d’oeuvre » a pour titre Les filles bien n’avalent pas. Et sauf votre respect ! Le ministère de la madame dément, mais les faits étant têtus, on apprend que Marlène Schiappa a déclaré à maintes reprises que sous un pseudo elle écrivait de la fiction. Je réitère plus fort: « Bouffe-moi la chatte, Amaury! Il s’exécute, ajoutant de la vigueur à ses mouvements de tête. Ses cheveux me chatouillent délicieusement le ventre, et comme il lèche un côté de mon sexe, je lui lance: « Applique-toi, bordel! François de Rugy n'en fait rien. Le 22 février, il annonce son soutien à Emmanuel Macron. Un écologiste fan de François Mitterrand ? C'est possible. Son compte Twitter, qu'il alimente assidûment, est truffé de références à l'ancien chef de l'Etat socialiste. Derrière manifestation de sympathie en date : le 6 janvier, jour du 21e anniversaire de la mort de Mitterrand, François de Rugy s'est rendu à Jarnac (Charente), pour déposer une rose sur la tombe du président défunt. Féru de biographies politiques, il avale, avec plus d'intérêt que les autres, celles consacrées à François Mitterrand. Lors de la disparition de Jean Lacouture, biographe de l'ancien président, il exprimait ainsi sa "tristesse". Jean Lacouture était un excellent biographe notamment de De Gaulle et Mitterrand. François de Rugy a toujours accordé une grande importance à la transparence de la vie politique. Une rigueur qu'il s'est très tôt imposée à lui-même, bien avant que la loi n'oblige les parlementaires à déclarer leurs revenus et leur patrimoine. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré mercredi que l'armée française était intervenue contre une colonne de rebelles au Tchad au même titre qu'elle l'avait fait au Mali en 2013 contre les jihadistes. Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, après avoir déjà évoqué la veille une tentative de "coup d'Etat" au Tchad. Des combattants rebelles de l'Union des forces de la résistance (UFR) sont entrés fin janvier au Tchad depuis la Libye, où ils étaient basés. A la demande de N'Djamena, la France a procédé à trois reprises à des frappes de Mirage 2000 contre leur colonne. Jean-Yves Le Drian a fait le parallèle avec l'intervention française au Mali en janvier 2013, quand une colonne de groupes jihadistes du Nord se dirigeait vers la capitale, Bamako. M. Le Drian qui était alors ministre de la Défense de François Hollande. Interrogé sur le bilan de l'opération, il s'est refusé à tout commentaire, précisant seulement qu'il n'y avait "pas eu de victimes civiles". Clémentine Autain, députée de la France insoumise (gauche radicale), a dénoncé de son côté un "deux poids deux mesures absolument édifiant" dans la position française. Venezuela, a-t-elle lancé. "Nous y voyons une escalade dangereuse", a-t-elle affirmé. Il y a d’ailleurs une étude scientifique qui vient de sortir aujourd’hui, qui montre son efficacité quand ç’a été réalisé dans d’autres pays, et donc qui confirme le choix, la qualité du choix que l’on vient de faire. Non, c’est normal puisque la réforme du baccalauréat va avoir un impact sur la classe de Terminale de 2020-2021, ensuite donc sur la classe de Première de 2019-2020, le cas échéant peut-être un peu sur la classe de Seconde. Et moi en tant que ministre de l’Education nationale, je dois tenir compte de ce qui va se passer du point de vue des universités pour, en amont, évidemment mieux travailler à l’orientation des étudiants, des futurs étudiants. Oui, bien sûr, des mesures de fermeture qui sont opératoires aujourd’hui et nous reverrons peut-être demain à la mi-journée, mais nous attendons évidemment ce qui va se passer pour savoir quand on pourra rouvrir et comment. En revanche, sur le plan qualitatif, nous devons progresser en assurant une meilleure formation de toute la communauté éducative et en affinant la prise en charge au plus près des besoins du terrain. Il risque de s’y faire complètement haïr, tant la problématique de la voiture y est centrale, quand les moteurs diesel (améliorés moins polluants CO2 que l’essence ) restent favorisés par les bonus-malus écologiques. Aujourd’hui Macron taxe le diesel au prix fort et les taxes sur l’essence sans plomb augmentent aussi. Et la mauvaise foi de Blaise (à l’aise) touche au sublime quand la démission de Hulot (en hélico et tous les autres prolos à vélo !) sert de prétexte à procéder à ces augmentations. Dès lors, Blaise insulte : Il faut faire payer les prolos pollueurs de la France périphérique, les alcooliques et les fumeurs de clopes ! Pour Griveaux, « ceux qui restent mobilisés » sont engagés « dans un combat politique pour contester la légitimité du gouvernement LREM et de Macron ». Ces « gilets jaunes » ne veulent pas « participer au « Grand (mensonge du) Débat National ».

Posté par crenard à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 décembre 2018

L'attrait croissant des drones

Après que l’ouragan Harvey ait inondé Houston, faisant au moins 70 morts et causant des dommages estimés à plus de 100 milliards de dollars le long de la côte du Texas, la Federal Aviation Authority a accordé plus de 100 permis à des drones permettant la recherche, le sauvetage et la les média. Un nombre similaire de licences de drones, ou véhicules aériens sans pilote (UAV), peut maintenant être délivré en Floride après qu'Irma ait frappé la péninsule. Des drones ont été déployés au Texas pour effectuer le tri des réparations sur les ponts, les routes, les usines de traitement des eaux et d’autres infrastructures clés, tandis que les responsables les utilisaient pour améliorer leur compréhension des inondations et du drainage, afin de mieux se préparer aux futures tempêtes. Dans le secteur privé, les assureurs, notamment Allstate Corp. (ticker: ALL) et Travelers Cos Inc. (TRV) ont lancé des escadrons de drones pour évaluer les dommages matériels, AT & T Inc. (T) a inspecté ses tours de téléphonie mobile, tandis que des fournisseurs d'électricité et des sociétés du secteur de l'énergie et des produits chimiques inspectaient des raffineries et des pipelines , réservoirs de carburant et lignes électriques. Union Pacific Corp. (UNP) a eu recours à des drones pour détecter l'affaissement de la voie ferrée. Etant donné leur capacité à voler dans des endroits dangereux ou impénétrables, les premiers intervenants ont utilisé des drones dans le cadre de missions de recherche et de sauvetage - pas seulement pour protéger la vie humaine; Les éleveurs ont recherché le bétail dispersé par les eaux de crue en utilisant la technologie. Les investisseurs intéressés à jouer à la montée des drones font face à un défi. Deux des plus grands fabricants de drones, DJI et Yuneec, sont des sociétés chinoises détenues à part entière, tandis que d’autres, comme AeroVironment Inc. (AVAV), Lockheed Martin Corp. (LMT) et Boeing Corp. (BA) exercent d’importantes activités axées sur la défense. En conséquence, les investisseurs cherchant à tirer profit de l'engouement pour les drones peuvent être amenés à chercher un peu au-delà des produits finis, à des plates-formes d'informatique en nuage qui stockeront et analyseront les énormes quantités de données recueillies par les drones. Parmi ces sociétés figurent Amazon Web Services (AMZN), Microsoft Azure (MSFT), Alibaba (BABA) et Google (GOOG). L'intelligence associée à la collecte de données et à l'analyse via des drones crée également un cercle vertueux pour les entreprises de nombreux secteurs, ce qui pourrait permettre de prendre de meilleures décisions en matière de déploiement de capital et de retour sur investissement. Le marché potentiel des services fournis par drones est estimé à 127,3 milliards de dollars par PriceWaterhouseCoopers. , une opportunité non négligeable pour les fabricants de puces, tels que Texas Instruments Inc. (TXN), Xilinx Inc. (XLNX) et Microchip Technology Inc (MCHP). Je vous laisse le lien vers le site spécialiste du vol en simulateur Airbus à Lille.

Posté par crenard à 14:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2018

Se prendre en main

Puisque les humains contrôlent très peu en dehors de leurs files d'attente de DVR et de leurs opinions Miley Cyrus, il n’est pas surprenant que nous ayons souvent l’impression que nos vies se glissent dans le chaos. Parfois, c’est parce que vous perdez le contrôle, parfois, parce que une personne proche de vous est en train de filer, et parfois parce que tout ce que vous ne le contrôle semble beaucoup plus important et accablant que ce que vous faites. Dans tout les cas, les objectifs que vous souhaitez lorsque vous vous sentez incontrôlable, tels qu’énumérés et décrits dans Les trois exemples suivants sont rarement réalistes et feront souvent votre aide. moins pire. Le problème est, bien sûr, "hors de contrôle" signifie généralement juste cela, et aucun transpiration, la recherche et la thérapie va changer le fait que la vie se réserve le droit de vous jeter plus de merde que vous ne pourriez en supporter. Acceptez- comment la vie devient parfois - ou du moins se sent - incontrôlable, cependant, ne devez jamais vous empêcher de gérer les dégâts ou d’accélérer la récupération. Se sentir impuissant ne veut pas dire que tout va mal tourner ou que vous faites un mauvais travail dans votre vie. Si vous pouvez ignorer la terrible fusion et prenez le crédit pour la façon dont vous gérez le problème, plutôt que d’être porté loin ou trop responsable, vous aurez de quoi être fier et beaucoup d’autres options à considérer. J’ai toujours travaillé dur et je faisais des ventes, et j’ai épousé quelqu'un je pensais pouvoir compter sur l’amour, c’est pourquoi je ne comprends vraiment pas pourquoi la vie semble se séparer. Après avoir été licencié de mon ancien emploi lorsque le l’entreprise a été vendue, j’ai dû accepter un emploi moins bien rémunéré avec un nouveau patron qui déteste moi. Pendant ce temps, ma femme a décidé que ses sentiments pour moi étaient partis et qu’elle ne peut pas rester mariée à quelqu'un qu'elle n'aime pas, même si je pensais avait construit une très belle vie ensemble. Maintenant, chaque jour ressemble à une marche de la mort et Je ne peux pas arrêter de pleurer. Je suis le plus grand perdant que je connaisse et la douleur ne disparaîtra pas. Mon but est de reprendre le contrôle de ma vie. Mon fils a toujours été un gentil garçon, mais il a toujours trop bien réussi à trouver problème, et même maintenant qu’il a vingt-cinq ans, il ne peut tout simplement pas sembler avoir la vie sauve. ensemble. Nous avons essayé de lui fournir une aide supplémentaire quand il était à l'école, mais il jamais fait ses devoirs et quitté le collège après un an. Nous pensons qu'il boit aussi beaucoup, mais il ne l'admettra pas, et la fille avec qui il traîne n'a pas de travail aussi plusieurs cernes à la figure et un ex-petit ami en prison. Mon mari et moi redoutons le jour où elle annonce qu'elle est enceinte de notre petit-enfant. Mon but est de Pour finir, découvrez le problème avec notre fils afin que nous puissions l’autoriser à obtenir le contrôle de sa vie.

Posté par crenard à 08:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2018

Une rencontre extraordinaire

Certaines expériences sont tellement étranges qu'il est difficile de les décrire. Celle que j'ai faite il y a quelques jours est de celles-là. J'ai en effet nagé au milieu des dauphins. C'était à Cannes, et c'était tellement extraordinaire que je n'aurais pas été plus impressionné si j'avais trouvé un Yahyel dans la cuisine. Nager avec des dauphins est d'après moi aussi étrange qu'une rencontre extraterrestre. On devine immédiatement qu'il s'agit de créatures intelligentes. Et ce n'est pas qu'une impression, puisque les scientifiques n'ont toujours pas réussi à déchiffrer leur langage. Nager au milieu d'eux est même assez effrayant, en vérité. Car ce sont des créatures assez batailleuses, contrairement à ce qu'on pourrait penser. Il n'y a qu'à regarder leur peau pour s'en rendre compte, d'ailleurs : elle présente de nombreuses entailles qu'ils se sont faites en combattant ! D'ailleurs, si vous voulez nager en leur compagnie, il me semble important de préciser qu'ils ne viendront pas forcément aussi près que vous l'espériez. J'ai lu des témoignages de personnes se lamenter parce qu'elles n'avaient pas admiré les dauphins d'aussi près qu'elles l'espéraient : pourtant, il ne leur viendrait pas à l'idée d'exiger des tigres de se laisser câliner ! C'est pareil pour les dauphins : ce sont les versions marines des tigres. Pour ma part, je n'ai pas pu caresser les dauphins pendant cette séance, ni non plus m'agripper à eux pour pouvoir les suivre. Mais j'ai pu observer ces splendides bestioles dans leur habitat naturel, et c'est en soi un honneur, même si certains en voudraient davantage. C'est quand même fou, quand on y pense. Nous sommes si façonnés par la société de consommation que nous sommes convaincus que nous possédons le monde. Au point que nous nous comportons à l'égard de la nature comme des patrons. Sauf que, excusez le terme, c'est complètement con. Parce que ce faisant, nous lui ôtons ce qui fait précisément sa splendeur. Quoi qu'il en soit, si vous admirez les dauphins, je vous recommande vraiment de vous jeter à l'eau : cela remet les idées à leur place. Plus d'infos par ici. Plus d'information sur ce de nage avec les dauphins à Cannes en surfant sur le site web de l'organisateur.

Posté par crenard à 16:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 septembre 2018

Liberté de réunion en Angola

En Angola l’année dernière, les autorités ont souvent empêché la tenue de manifestations pacifiques alors qu’il n’existe aucune obligation de disposer d’une autorisation pour manifester en Angola. Quand des manifestations ont pu se tenir, il n’était pas rare que la police procède à des arrestations et placements en détention arbitraires de manifestants pacifiques, ou leur fasse subir des mauvais traitements. Ces agissements n’ont toutefois jamais donné lieu à une enquête. Le 24 février, la police a violemment réprimé deux rassemblements pacifiques du Mouvement révolutionnaire angolais qui se déroulaient simultanément à Luanda, la capitale du pays, et à Benguela. Les contestataires exigeaient la démission de Bornito de Sousa, le ministre de l’Administration territoriale, responsable de l’inscription des électeurs pour le scrutin du mois d’août et également candidat du MPLA à la vice-présidence. Ils estimaient que le cumul de ces deux fonctions constituait un conflit d’intérêts et une violation de la loi électorale. La police a menotté des manifestants et les a obligés à s’allonger sur le sol, avant de les frapper à coups de matraque. Le 24 juin, les forces de sécurité ont brutalement dispersé une manifestation pacifique organisée par le Mouvement en faveur d’un protectorat des Lundas- Tchokwés, qui milite pour l’autonomie des régions de l’est et du sud-est de la province de Lunda-Nord. Elles ont tiré à balles réelles sur la foule, tuant un passant et blessant 13 manifestants. Soixante-dix personnes ont été arrêtées. Elles ont toutes été condamnées le 28 juin à 45 jours d’emprisonnement et à une amende de 22 000 kwanzas (135 dollars des États-Unis). Celles qui ont pu régler l’amende ont vu leur peine d’emprisonnement assortie d’un sursis et ont été immédiatement libérées, tandis que les autres ont dû purger l’intégralité de leur peine. Les manifestants réclamaient, entre autres, la fin de la persécution et de la détention arbitraire des membres de leur mouvement, et la libération des détenus politiques de la prison de Kakanda, dans la province de Lunda-Nord.

Posté par crenard à 13:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2018

J'aime Marrakech

Juste sous la haute chaîne de montagnes de l'Atlas africain se trouve la ville rouge du Maroc connue sous le nom de Marrakech. Avec une culture qui a grandi pour être si vibrante, libre et pure, qui aurait su que cette ville impériale a seulement commencé comme un autre pit-stop pour les caravanes médiévales? Cependant, indépendamment de ses humbles débuts, vous serez toujours lié par sa magie avec la chaleur de ses habitants, l'histoire inspirante et la tradition colorée. Debout au milieu des murs de la ville rouge, vous serez sûr que vous êtes dans une évasion intemporelle avec Marrakech voyage. Mais pour tirer le meilleur parti de votre voyage vers cette destination exotique envoûtante, voici les huit principales choses que vous ne devriez pas manquer lors de votre voyage à Marrakech: 1. Revivez les souvenirs de la vieille ville. Les murs du XIIIe siècle qui entourent la médina rappellent les anciennes luttes et batailles qui ont eu lieu au Maroc. Une visite autour des forteresses séculaires, des portes, et des tanneries dans votre voyage de Marrakech est une bonne occasion de photo pour des touristes. Non seulement cela, vous pourrez également profiter de l'esprit invitant de la ville moderne au milieu des reliques bien conservées, des merveilles naturelles et des pièces architecturales du passé. Avec des gens sympathiques et des activités animées au coin de la rue, vous apprécierez chaque minute de cette expérience. 2. Se perdre avec la foule à Djemaa el Fna. Cette grande place qui se trouve au cœur de la vieille ville regorge de spectacles et de surprises. Du shopping bon marché au serpent charmant, vous n'aurez jamais un moment ennuyeux dans votre voyage à Marrakech. Ouvrez les yeux sur beaucoup de choses, qui comprennent des actes de jonglerie, des spectacles musicaux, ainsi que la danse du ventre. Vous n'avez même pas à vous soucier de perdre votre chemin de retour à votre hôtel. Aussi vaste que possible, la place offre une évasion sinueuse vers des sites intéressants autour de la ville. 3. Prenez une retraite spirituelle. Ils disent que visiter les sentiers populaires des mosquées, des églises et d'autres lieux de culte est une merveilleuse expérience de voyage à Marrakech qui peut changer la vie. Cependant, pour ceux qui ne souhaitent que satisfaire leurs curiosités, le temps est précieux pour admirer certains des plus beaux designs architecturaux du monde. Vous serez stupéfait de voir comment Marrakech a pu préserver les détails complexes et le style prémédité de ces structures mais beaucoup plus, comment il a préservé sa solennité. Le célèbre pèlerinage des «sept saints» se trouve également dans cette ville, tandis que les tombeaux saadiens sont fortement recommandés par la plupart des guides touristiques. 4. Magasinez et explorez son meilleur. Les marchés populaires connus aussi sous le nom de «souks» offrent le meilleur traitement pour faire du shopping à bon compte. Le bazar est généralement rempli de trouvailles exotiques telles que des ouvrages en métal, des pièces de bois, des paniers et des ensembles en cuir, dont certains ne se trouvent qu'au Maroc. Il vous sera également conseillé de ne pas terminer votre voyage à Marrakech sans ceinture, bijoux, tapis ou toute autre forme de vêtement que vous trouverez dans le souk. 5. Faites un voyage dans le passé. Marrakech est l'un des meilleurs endroits pour trouver des céramiques, des peintures, des mosaïques, des bijoux et des tissus séculaires. Ses musées abritent des artefacts prestigieux qui remontent à plus de mille ans. Les manuscrits, les arts contemporains et les vêtements traditionnels font partie de la collection bien conservée. Vous pouvez également noter dans votre expérience de voyage à Marrakech que les musées ne sont pas seulement des structures de brique et de mortier mais sont également ornés de jardins verdoyants. 6. Restez dans les Riads luxueux à Marrakech. Votre expérience de voyage à Marrakech ne sera pas complète sans séjourner dans les célèbres Riads de la ville. Ce sont des installations résidentielles qui dépassent n'importe quel hôtel 5 étoiles dans les villes modernes. Avec des chambres luxueuses, donnant sur la fontaine, des terrasses sur le toit et des décorations exquises, les Riads sont l'une des meilleures raisons de séjourner à Marrakech. 7. Découvrez la tradition colorée du Maroc. Embrassez la culture marocaine à travers des activités de divertissement et des festivals à Marrakech. Le Festival des Arts Populaires est un bon moyen d'ajouter plus de vie à vos aventures de voyage à Marrakech. Passez un bon moment avec les diseuses de bonne aventure, les avaleurs de feu et les troupes d'acteurs à l'apogée de cette fête. Outre les spectacles de carnaval, vous assisterez également à la parade équestre appelée Fantasia. 8. Offrez-vous des activités amusantes. Des ruisseaux populaires de casinos, de discothèques et de bars se trouvent dans la ville. Mais rappelez-vous, les boissons alcoolisées ne sont pas autorisés. Les chances sont, vous devrez rester sobre toute la nuit. En plus de profiter des succès occidentaux et de la musique pop marocaine, votre aventure de voyage à Marrakech ne peut jamais être complète sans avoir goûté à son paradis gastronomique. La plupart des cafés et restaurants de Marrakech offrent une fusion de saveurs de recettes maison à des plats internationaux. Pour plus d'informations, allez sur le site de cette activité incentive au Maroc et retrouvez toutes les informations.

Posté par crenard à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2018

La transformation pédagogique : passer de la réflexion et l’expérimentation au déploiement

Ces constats sont aujourd’hui connus et les attentes en faveur d’une nouvelle conception de la pédagogie dans l’enseignement supérieur à l’heure du numérique sont largement partagées. Le rapport remis au printemps 2014 à la directrice générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle, Simone Bonnafous, formule de nombreuses propositions en la matière. Le récent rapport du Conseil national du numérique offre une conception enthousiasmante de l’école à l’heure de la transition numérique. Au niveau de l’Union européenne aussi, le défi de la transformation pédagogique a suscité réflexion et propositions. Les auditions et échanges menés dans le cadre du comité StraNES montrent que les organisations étudiantes comme les syndicats de personnels (enseignants, autres personnels) expriment des attentes et formulent des propositions fortes en la matière. De nombreuses expériences existent. Elles sont d’ailleurs recensées, évaluées parfois, et pourraient être mieux diffusées. L’heure n’est plus à la prospective mais à l’action. C’est une priorité pour le comité StraNES, qui se traduit dans des propositions complémentaires, convergeant vers un même objectif. Rendre les étudiants acteurs d’une pédagogie contributive, active et numérique est une des clefs d’une meilleure réussite; reconnaître l’implication des personnels et leur permettre de déployer leur action est un des leviers de cette transformation. La question de l’évaluation des étudiants est aussi un enjeu fort : les modalités doivent évoluer pour mieux reconnaître le travail collaboratif, les compétences de recherche, d’analyse et de synthèse de l’information. La question de la compréhension des étudiants vis-à-vis de ce qui est attendu d’eux est également essentielle, et la confiance des étudiants à l’égard du fait que leur travail sera reconnu est indispensable pour favoriser leur investissement.

Posté par crenard à 13:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2018

Masochisme en altitude

Deux mois. Deux mois que j'attendais ce jour. Que je comptais les jours, comme un enfant devant son calendrier de l'avent, dévorant les chocolats des jours suivants pour faire arriver Noël plus vite. Car un énorme cadeau m'attendait en effet à la fin du décompte : un baptême en avion de chasse, à bord d'un Fouga Magister. Le cadeau hors norme que m'avait fait ma famille pour mon dernier anniversaire. Je vous passe l'accueil (chaleureux) et les préparatifs (sécurité, etc.) pour passer à la partie vraiment intéressante : le vol proprement dit. Pour commencer, le départ est une sacrée claque. J'avais déjà volé dans un biplace, mais c'est aussi comparable qu'une Twingo et une Ferrari. Autant l'envol d'un biplace est lent, presque paresseux, autant l'accélération est directe en avion de chasse. Une fusée sur roue. Les premières minutes de vol sont cependant presque une déception. Une fois le boucan de la turbine moins fort dans la cabine, on s'ennuierait presque. On vole à basse altitude, ce qui est plaisant, mais loin d'être sensationnel. Cependant, lorsque commence la phase acrobatique dix minutes plus tard, on en vient presque à regretter ce moment de calme. Car, clairement, c'était le calme avant la tempête ! J'ai beau essayer de me souvenir dans quel ordre les figures se sont enchaînées, j'en suis incapable. J'ai perdu mes repères dès les premières secondes, lorsque le pilote a fait faire un break à l'appareil. La sensation m'a laissé haletant, et le front couvert d'une légère couche de sueur. Imaginez que vous buviez trois citrons d'un coup et vous aurez un bonne idée du coup de chaud qu'on ressent. A partir de ce moment, c'est devenu n'importe quoi. Le pilote a enchaîné les figures au point que je ne mettais parfois plusieurs secondes avant de savoir où était le sol et où était le ciel. Ca allait trop vite pour mon cerveau. Ce que je peux vous dire, néanmoins, c'est que lorsque le pilote me disait de contracter mes muscles, j'obéissais à perdre haleine. Parce que, dès le premier tonneau, j'ai senti le voile noir arriver : mon champ de vision a diminué d'un coup. J'ai dû alors contracter mes muscles au maximum pour reprendre pied. Le pilote était prévenant : il restait constamment en contact radio avec moi afin de s'assurer de mon état. Mais, là sur mon siège arrière, je vous assure qu'on se sent étrangement seul, aux prises avec des sensations qu'il est impossible d'imaginer quand on ne les a pas éprouvées en vrai ! Le plus curieux reste ce qui s'est produit dès la fin de la phase acrobatique. Pourtant essoré, épuisé d'être resté contracté durant toute la phase acrobatique, et sachant pourtant que je n'aurais pas pu tenir plus longtemps, je rêvais déjà de recommencer. Il doit y avoir du masochisme dans cette activité. Si vous êtes de ceux-là, alors cette activité-là est pour vous ! Retrouvez toutes les infos sur cette activité de vol en avion de chasse en suivant le lien.

avion de chasse3

Posté par crenard à 09:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 avril 2018

La liberté au Myanmar

L’année dernière encore, les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique ont fait l’objet d’importantes restrictions au Myanmar. Le nombre de personnes inculpées de « diffamation en ligne » au titre de l’article 66(d) de la Loi de 2013 relative aux télécommunications a considérablement augmenté5. À la suite de pressions exercées aux niveaux national et international, le Parlement a adopté quelques modifications mineures de cette loi, qui continuait toutefois de prévoir des sanctions pénales pour la « diffamation en ligne ». Des défenseurs des droits humains, des avocats et des journalistes, en particulier ceux qui dénonçaient la situation des Rohingyas, l’intolérance religieuse et les violations commises par l’armée, ont fait l’objet de mesures de surveillance et d’intimidation et ont été attaqués. Le 29 janvier, Ko Ni, avocat, a été tué par balle à l’aéroport international de Yangon (ex- Rangoon) alors qu’il revenait d’Indonésie, où il avait assisté à une conférence interconfessionnelle. Le procès de quatre auteurs présumés de cet assassinat était en cours à la fin de l’année ; un cinquième suspect était toujours en fuite. En novembre, Dumdaw Nawng Lat, pasteur de l’ethnie kachin, et Langjaw Gam, son assistant, ont été incarcérés pour avoir apporté leur aide à des journalistes qui effectuaient un reportage sur des frappes aériennes menées par l’armée non loin de la ville de Monekoe, fin 2016. Les deux hommes ont été condamnés à deux ans d’emprisonnement au titre de la Loi relative aux associations illégales. Dumdaw Nawng Lat a en outre été condamné à deux années de prison supplémentaires pour « diffamation ». Les activités des médias indépendants ont été soumises à des restrictions croissantes, et dans certains cas des journalistes ont été visés par des poursuites pénales pour avoir fait leur travail. En juin, trois professionnels des médias ont été arrêtés à leur retour d’une zone contrôlée par un groupe armé ethnique actif dans le nord du Myanmar, et inculpés pour avoir pris contact avec une « association illégale ». Ils ont été libérés en août après l’abandon des charges retenues contre eux6. En décembre, deux journalistes de l’agence Reuters qui effectuaient un reportage sur la situation dans l’État d’Arakan ont été arrêtés au titre de la Loi relative aux secrets d’État. Ils ont été détenus au secret pendant deux semaines et se trouvaient toujours derrière les barreaux à la fin de l’année.

Posté par crenard à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]